Municipalité de Notre-Dame-du-PortageMunicipalité de Notre-Dame-du-Portage
Une côte vivante

Passer au contenu principal
Vie démocratique
Facebook RSS Bottin des entreprises Réservation de salleEspace loisirsQuestions et réponses Nous joindre

Une côte vivante

Mireille Landry

Publié le Mardi 15 juin 2021 à 11:02

Anse du portage (Auteur : Marie-Josée Roy)

Une côte vivante, mais fragile

Notre littoral est très vivant. Au cours d’une année, il se recharge des sédiments dont il a besoin, alternant entre accumulation en été et érosion en automne. La bande riveraine joue un rôle essentiel dans cet ajustement naturel et dans la protection de la côte.

Comme dans d’autres régions côtières du Québec cependant, le littoral est devenu plus vulnérable à l’érosion. D’abord à cause des marées, courants et intempéries, mais aussi sous l’effet des changements climatiques qui réduisent le couvert de glace protecteur contre les tempêtes d’automne. Ensuite, à cause de l’action humaine: les routes, les infrastructures. Nos murs de protection et nos enrochements créent aussi souvent une érosion du littoral à leurs extrémités.

Des techniques novatrices

Conjuguant les expertises multiples - génie, géographie, biologie, environnement - plusieurs techniques novatrices se sont développées pour favoriser le maintien des conditions naturelles du milieu côtier - et de ses marais, si essentiels à la vie des écosystèmes. Des exemples près de nous:

  • la recharge de sable dans l’Anse du Portage effectuée par la municipalité de Notre-Dame-du-Portage, en collaboration avec le Comité ZIP du Sud-de-l’Estuaire;
  • un brise-lames avec digue transversale, près de l’autoroute 20, à la hauteur de Rivière-du-Loup, installé par le Ministère des transports du Québec;
  • les deux initiatives complétées par la végétalisation de la bande riveraine à l’aide d’espèces indigènes dont les racines très développées retiennent et stabilisent le sol.

Un rôle important pour nous les citoyens

Nous voulons tous jouir de cette côte et en faire profiter longtemps nos familles. Des gestes importants diminueront notre empreinte sur le littoral et favoriseront sa régénération:

  • Laisser sur la plage les algues, bois et autres végétations;

  • Éviter de tondre la pelouse à quelques mètres du littoral;

  • Végétaliser: planter en bordure de mer des plantes indigènes, tels élymes de mer et rosiers;

  • Respecter les accès prévus aux plages et ne pas piétiner les végétaux de la côte. Suivre les affiches Par ici l’air salin;

  • Se renseigner sur les solutions durables et les modes non invasifs de réponse aux aléas côtiers.

Mireille Landry
Comité d’environnement et de protection côtière